Convergences du Vieux-Cameroon: Métropole -Etat; Cameroon-Town

De par leur situation géographique, la participation des Bassa était nécessaire pour le bon fonctionnement de certaines structures étatiques comme

La Métropole -Etat.

La confédération du Bas-Pays ou confédération Sawa

Le Mbok Bassa ou l Etat propre aux Bassa

La ligue des Etats, Principautés et Royaumes du Vieux-Cameroun

Quellle fut l' implication des Basaa dans la conception et la gestion de la Métropole – Etat,Cameroon Town ?

 

...Historique

Le Vieux-Cameroun s étend du Sud du Massif de L'Adamaoua au Nord du Gabon. Son unique porte d entrée et de sortie est Cameroon Town. Les différents peuples ,désireux de participer au commerce qui se développait dans la métropole,devrait se donner les moyens afin d' y avoir une représentation (1). La métropole devint donc une somme de cités Etats ayant chacun un chef. Cette cohabitation nécessitait l adoption des mêmes calibres économiques, juridiques et linguistiques

L ' accord de principe étant acquis, on procéda à la création d un comité Ad hoc avec une feuille de route des réunions se succédèrent afin de mettre sur pieds une structure respectant la composition et la diversité de cette vieille Métropole. Ce qui par la suite permit d affiner les différentes structures leur fonction et leur composition.

 

...Structure... Fonction et Composition

 

Les structures en présence étaient concentrée dans les domaines telles la justice, la police commune

Et la première des décisions a été de mettre à la tête du panthéon de la ville, les divinités liées à l Eau. Ce qui se conçoit facilement, car Cameroon-Town,Ville maritime ,on admit que seules les Bisima en Bassa ,Miengu en Kambongo pouvaient en apporter la protection et la prospérité.

L' accession à des hautes fonctions de ce minuscule Etat relevait de plusieurs facteurs

L'antériorité de l occupation des sols

La légitimité des autorités

Les critères subjectifs comme les alliances matrimoniales et la pratique et la maîtrise de la langue Bassa.

Langue reliant l intérieur à la côte , la langue Basaa devint par la suiter la langue de communication dans la region.

 

Ces critères étant satisfaits,chacune des Cités Etat déléguait  des poliarques dans l'Etat. La composition ,malgré quelques évolution postérieures  respectait la configuration suivante :

-3 représentants des Saa : par le canal de la confrérie Ngomkok,ce derniers avaient la charge de la police et du découpage administratif et des plans cadastraux de la métropole

             -1 Poliarque de la famille Jol sous famille Ndog Bea devenu Beaya

                résidant à lextrême Nord de Akwa

            -1 Poliarque de la famille Sop sous famille Ndog Bati résidant à Eleke-à-Bwiba

            -1Poliarque de la famille Mpoo sous famille Ndog Bakalak avec résidence à Ndokotti

 

 

 

-1 poliarque Représentant,la communauté Kambongo Janea, roi des Kambongo, avec monopole du commerce Extérieur.

A côté de de ces quatre poliarques ou chefs délégués appelés Bahanè en Basaa et Minkano en Duala nous pouvons ajouter :

-1 Poliarque ,Représentant des Bamoun en la personne du vice-roi extérieur Ngwanyi-mfon ma yeyap

-1 Poliarque,Représentant de la puissante principauté Bali

-1 Poliarque ,représentant les Baya résidant à Bonendale

Les chefs délégués Bea et Bati se différenciaient des autres parce qu'ils se referaient à un manguier sauvage, symbole de légitimité territoriale et de puissance politique et financière.

C' est cette structure assez originale, qui essayait tant bien que mal, d harmoniser les rapports entre les différents peuples participant au commerce sur la côte Biafra

I kété  li nyang

Francis

Bibliographie habituelle

Commentaires   

 
0 #1 ERIC 23-08-2016 16:30
Bonjour
Je viens souvent sur ce site et je vais sur d autres sites aussi. j ai lu sur un autre site que les Ndog bakalak étaient des Bassa et pas des mpoo.Qui dit la vérité ?
Citer
 
 
0 #2 Francis 26-08-2016 19:53
Mé yega Mbog

@ Eric
Ne possédant pas de registre d Etat civil , il ne nous est pas possible de confirmer l appartenance clanique. L appartenance clanique qui par ailleurs n est pas un thème moteur du site adina-bassa. com.On ne la néglige pas, mais c est pas notre gouvernail non plus
Mais tu constateras que dans cet article Les Ndog bakalak ont été classés
comme une famille Mpoo mais membre actif de l Etat Bassa auquel ils appartenaient et donc il représentaient dans la structure de l'ETat Métropole; Cameroon town. D aucuns diront donc famille Bassa
L appartenance clanique n a aucune importance, ce qui nous importe ici , ce sont les structures politiques et les mécanisme de régulation de ces structures
I kété li nyang
Francis.
Citer
 
 
0 #3 Motassi 28-12-2016 23:50
Votre thèse de l'État Bassa sur les berges du wouri. Intègre des Mpoo, ce n'est pas le cas de tous ceux qui raconte l'histoire des berges du wouri. C'est vrai que la spécifié Mpoo du complexe Bassa Bati Mpoo est très souvent classé Bassa, mais le Bissima est une pratique Mpoo. Elle s'exprime sous la forme d'une dance encore de nos jours, chez les Bakoko wouri et Bakoko Moungo de l'arrondissemen t de Dibombari.
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir