Mbog Bassa: La Pêche

La Pêche( Lop en Basaa) constitue une activité importante dans la vie économique des Bassa. Mais pour certaines raisons , la noble dynastie solaire ne l a jamais élevée à un rang aussi noble que celui de l agriculture et l élevage

 ...Du paleolithique au Néolithique

On sait que l' humanité dans son évolution technologique est passée de l âge de la pierre à celui des métaux. Cette évolution technologique avait une forte incidence sur l' essor de certaines activités économiques. Et on considère que l' évolution des activités économiques passe par trois étapes :

La première de ces étapes est la cueillette et le ramassage. Ici l' Humanité n utilise aucun outil intelligemment confectionné. Les nomades de cette période parcourent les forêts et savanes à la recherches des plantes comestibles dont il ignorent par ailleurs le cycle de maturation

La Deuxième étape concernent les activités où l homme confectionne certains outils ces activités sont principalement la Pêche et la chasse. Mais il reste entièrement tributaire du hasard , avec un futur inexistant . Il suit les troupeaux de bêtes et les bancs de poissons, ne connaît ni le cycle de reproduction de ces espèces ni le mode de migrations

La troisième étape est l' Agriculture et l élevage. L' homme se projette dans le futur, il sait par exemple que deux grains de maïs produiront 2 épis dans 3 ou 4 mois et peut donc dimensionner et varier son activité en fonction de ses besoins.Il réduit le hasard dans sa vie . Naissent alors les échanges , le droit donc la civilisation.Et ce nest pas un hasard si toutes les civilisations ont été fondées par les agriculteurs

La Pêche et évolution sociale

C'est avec une grande surprise que l on découvre que dans certaines régions du Cameroun, la pêche selon certains « Brillants Ethnologues » auto- proclamés serait une activité noble, très noble d ailleurs. On peut comprendre que la pêche soit peut être noble dans certaines  circonstances ou dans certaines régions. Mais présenter la Pêche comme étant une activité noble pour tous les groupes ethniques s' apparente à une imposture majeure

La pêche n' aurait pu être noble dans la région côtière que si le poisson et autres produits de la mer étaient des denrées rares. Or il se trouve que la plupart des peuples ont les pieds soit dans la mer, soit dans les puissants fleuves et rivières qui par ailleurs sont les plus poissonneux du Cameroun . Pour les Bassa, en faisant du Mbongo Tjobi( poisson à la sauce noire ou marron) un plat commun et populaire, on y trouve une véritable attestation du statut de la pêche. Car on ne peut pas être dans la noblesse et dans le peuple en même . Si La pêche était une activité aussi noble ses produits devraient être nobles donc coûteux et prestigieux ; et le Mbongo Tjobi devrait être un met exclusivement destiné aux Ethnarques c' est à dire les Mbombok ,les Nkambok et autres dignitaires de la Noble dynastie solaire des Saa ; ce qui n' est pas du tout le cas. Mais aussi , si le Mbongo Tjobi est populaire, il fallait donc procurer le poisson à toutes les couches de la société. Ceci suppose de grandes aptitudes pour les activités aquatiques et halieutiques

Les Bassa de par leurs origines savanières ont gardé les classes socio professionnelles proches de celle qui perdurent dans le sahel :Tout en haut les Agriculteurs Eleveurs, suivis des artisans , des bijoutiers , des chasseurs et pêcheurs qui précèdent les forgerons qui ferment la marche.

                   Techniques de la Pêche chez les Basa

On distingue chez les Bassa du Sud Cameroun plusieurs techniques de Pêche. Ces techniques varient en fonction d' un certain nombre de paramètres dont les plus importants sont : L espèce à capturer et la nature de l étendue d ' eau :

 

Kom Lep : « Empoisonner la rivière » .Technique dangereuse, il s agit ici de de répandre dans le cours d eau un produit toxique . On ramasse ainsi les poisson s morts mais souvent impropre à la consommation. Par ailleurs cette technique ne distingue pas les espèces comestibles ou non comestibles, les alevins ou les les specimens matures

Lop : c'est la technique de la pêche à la ligne, elle a donné son nom à toute l activité . On se munit de sa canne à pêche, on accroche les appât sur le hameçon (nlop). Armé de sa patience on attend que les espèces mordent. Ici on peut trier ses prises. Remettre dans l' eau les plus jeunes afin qu elles terminent leur croissance.Le produit souvent disposé dans un panier (Sel) et les prises sont protégées par les fougères( bi djen djen ) qui paraît -il ralentirait le processus de décomposition.Les espèces pêchées sont souvent de petites tailles. En tout cas elle est pratiquée dans les rivières mais rarement dans les fleuves.

Lop makaï : De moins en moins pratiquée, c est la pêche au harpon Makaï. Des makai ou bambou de chine, on taille des petites flèches qui servent pour cette technique.

ôk :Technique exclusivement réservée aux femmes. Elle consiste à isoler une portion du cours par deux barrages. Le premier en Amont pour réguler le débit et dévier la rivière. Le deuxième en aval qui forme la retenue d' eau et  empêche les poisson de s échapper de celle ci. Les femmes à l aides des récipients écopent le bassin de retenue et il ne reste plus qu à remplir les paniers de  crabes , poissons , crevettes(miyaka), silure (ngoo) , poisson électrique(nyuma) , Moule(maón)etc.... Cette technique était employée sur les petits et moyens cours d' eau au débit relativement faible.

Len Bundja : pêche au filet (bundja) pratiqué en mer ou dans les grands fleuves et rivières

 Lop missong:pêche à la nasse, cette technique est surtout employée pour les crustacés et principalement les crabes ; dans ce cas on parle de Sambo mala. malapluriel de djala désigne le crabe (qui peut aussi se dire hi kaka). La technique consiste à mettre quelques morceaux de manioc dans la nasse et de contrôler périodiquement . Le Sambo mala se se déroule généralement de nuit.

 

 

 

 

 

Les techniques de pêches ont évolué depuis longtemps, la pêche n'est plus artisanale mais industrielle . Aussi , avec la globalisation et les accords économiques beaucoup d espèces disparaissent ? Face à ces menaces qui ne manqueront pas créer des stress alimentaires, il paraît plus que urgent de développer la pisciculture qui pourra satisfaire la demande toujours  croissante des produits de la pêche.

 

I kété li nyang

Francis

 

Bibliographie

Sources orales

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir