Identités et Fédéralisme: Nnanga; Ekang; Sawa; Mbongo-Part I

     Depuis que le fédéralisme est devenu un projet politique au cameroun , l identité des différentes ethnies est au cœur du débat politique. Et on suppose sans doute que le découpage sera fait en fonction des affinités culturelles.

 

                                               Histoire , Ethnie et le Cameroun

          Les ethnies du cameroun sont pour la la plupart des peuples millénaires. Ce qui veut dire l installation des allemands au Kamerun n a pas trouvé de peuple en gestation , mais des entités solidement formées et consolidées avec des identités bien marquées. Etant millénaires ces peuples se géraient donc seuls et non pas attendu la colonisation pour mettre sur pieds des structures politiques.Le Kamerun/Cameroun n a donc créé aucune ethnie

        Mais au déla de la création des ethnies, les conditions dans lesquelles le Kamerun est né sont facteurs de fragilisation et de déstabilisation . On peut se demander sur quelles bases le Cameroun a été fondé ?

1er facteur de fragilisation

Existait il au cameroun pré-colonial comme en Afrique de l'ouest au australe et même centrale des entités étatiques ( Mali, Ghana, Kongo , Zimbabwé etc...) qui auraient englobé quelques ethnies ?

Quelles étaient ces ethnies ?

 Quelle est la superficie occupée (pré et post colonial) par ces ethnies ?

 Quelle est la taille démographique (pré et post colonial )de ces ethnies ?

La question fait débat parmi les Ethnologues et Historiens .Mais les entités qui par hypothèses existaient concernait très peu de peuples, pas au point de devenir une caution identitaire pour tout le cameroun.

Le Regnum Biafra (Mbog Bassa) si cher au regretté Pr Dika akwa englobait quelles ethnies ? quelles étaient ses frontières. Il est l un des tenants qui font de cette réalisation Bassa la vraie et l unique proto-nation camerounaise.

Cette absence d un etat pré-colonial commun ne favorise pas les rapports entre les Camerounais qui pour être réaliste ne sont citoyens de ce pays que par la seule volonté des Allemands.

2ème Facteur

     En créant le Kamerun , les Allemands ont ils demandé aux différentes ethnies si elles désiraient vivre ensemble ? Cette question anodine est pourtant cruciale ; car comment demander à des communautés qui ne veulent pas vivre ensemble de former une nation unie ?

3ème facteur

      Nous avons cités quelques empires et royaumes pré-coloniaux en Afrique( Mali , kongo ,etc...) ; il y avait une constante dans la dénomination officielle de ces entités étatiques c'est que l' ethnonyme d un peuple apparaissait souvent comme epithète

Empire Mandingue du Mali

Empire Zulu de Chaka

Royaume  Kongo

pourquoi un ethnonyme dans le nom d un royaume pourtant multi ethnique ? L ethnonyme présent dans les dénominations des royaumes africains indique tout simplement le peuple qui a vaincu des autres avant de créer le royaume et qui par conséquent détenait toute la puissance de l Etat : Armée, Justice, fiscalité etc...Cette ethnie veillait à l intégrité des frontière de son royaume :

Soundjata Keita le Mandingue a vaincu le roi de Soso Soumangourou Kanté avant de créer son empire du Mali, d'où la dénomination empire Mandingue du Mali

Chaka le Zulu a terrassé les rois Sotho, Xhosa avant de créer son empire l empire Zulu de Chaka.

Etc...

      Au Cameroun aucune ethnie n a vaincu des les autres, par conséquent aucune ne peut imposer le cadre dans lequel ces ethnies doivent vivre. Paul Biya l actuel président est un Beti ; les Beti n ont vaincu ni les Batanga , ni les Bafia ni aucune autre ethnie, il n a donc aucune légitimité pour imposer la citoyennété camerounaise à ces nationalités millénaires. Il a hérité de la puissance coloniale. Point final. Ces ethnies sont dont libres de rester ou de se détacher du Cameroun . Un président Bassa par exemple n a aucune légitimité pour imposer par exemple au Moudang de rester camerounais , car Basaa n ont pas vaincu les Moudang ni aucune autre ethnie d ailleurs. De même Ahidjo le peul n avait vaincu aucune ethnie au Cameroun, il a été président par la grâce des maîtres de l époque.Ceci pour signifier que ces ethnies ont accepté la nationalité camerounaise par solidarité africaine et non par contrainte ou peur. En tout cas les Bassa sont Camerounais parce qu il veulent rester Camerounais et non par une quelque obligation d être Camerounais. Ils sont Bassa depuis des millénaires , mais Camerouais depuis environ 60 ans.

4ème facteur

Dès le début de la colonisation certaines ethnies ont joué un jeu trouble dans le but d attirer les faveurs des colons. Cette lugubre posture a continué avec les régime post coloniaux. Ce traitement de faveur était pour elle une situation de rente qui devrait perdurer ad vitam aeternam ; quand les autres ethnies réclamait l égalité des droits et des devoirs. Pendant la guerre de décolonisation ceux qui n'ont pas combattu se sont empressés pour occuper les fauteuils du premier rang.

                            Identité des uns et opportunisme des autres

Depuis un certain temps dans les réseaux sociaux , malgré la discrétion qu' il souhaiterait avoir, il y a un peuple dont l' identité est au cœur des débats : Les Bassa.

Dans un forum la question est : Les Bassa sont ils Sawa ? Dans un autre Les Bassa sont les Mvele Beti ? Et ceux qui répondent à cette question ne sont pas Bassa tout comme les foras eux mêmes.

Pour les Beti, les Bassa avec les généalogies supposées , ont un même ancêtre Nnanga. Ils partage beaucoup de rites communs avec les Beti :

Ko'o/Mevungu ;

Ibodo/Evodo

iso nyu/ eso nyiol

etc...

     Malgré cette proximité généalogique ,culturelle et géographique, l identité Bassa reste différente de celle des Beti. Les convictions politiques comme les trajectoires politiques sont diamétralement opposées.Mais  les appels au génocide Beti qui se propagent sur la toile ne laissent pas les Bassa indifférents. On peut contester un régime c'est même le principe de la démocratie , mais on ne peut pas incriminer et menacer toute une tribu pour une gestion fut elle la plus calamiteuse. Mais comme les Bassa seront sans doute un acteur parmi d autres dans le futur pas très joyeux qui s annonce, ils se rappelleront sans doute de ce qu'ils furent

(...)Les Basa , face aux autres peuples du Vieux- Cameroun, se sont imposés tout au long de l’histoire qui va du XVe au XIXe siècle comme un peuple de législateurs défendant la démocratie au point de se refuser volontairement tout pouvoir royal(...)

(...)Il est donc la Justice-Vérité que recherche le Basa avec opiniâtreté au point de paraître vindicatif. On comprend dès lors combien le Basa a été utile dans le Vieux-Cameroun, étant le législateur et le plus grand gardien de l’ordre.(1)

  Avec les Sawa , les Bassa ont très peu de points commun, ni sur le plan spirituel ni sur le plan culturel. Mais c'est pourtant la communauté Sawa qui semble la plus active à définir l identité des Basaa, coller  une étiquette à cette communauté. A t elle déjà reçu de  la  part  des responsables Bassa une lettre du modèle ci-dessous et  relative  à une quelconque  demande d' adhésion ?

Le Président de la Communauté Bassa

A Ngog lituba

                                                            Au président de la communauté Sawa

                                                            A Bonadibong

Monsieur le président et cher homologue ,

J' ai l honneur de venir très respectueusement auprès de votre haute personnalité demander mendier l adhésion la vassalisation de ma communauté dans par la communauté Sawa...

Une telle lettre susciterait légitimement des débats à savoir si les Sawa doivent admettre  les  Bassa dans  leur communauté.

Ils n ont rien reçu de tel. Pourquoi donc débattre sur l identité des Bassa ? surtout  qu'il n  y a aucun  membre Bassa dans  le forum en question.

Les Bassa ne sont pas des Sawa. En tout cas l'immense majorité des Bassa le vit ainsi. Les Bassa n' ont pas le sentiment d appartenance à cette communauté et n'envisage même pas une adhésion dans le futur(2)

Au delà des divergences culturelles, la haine du Bassa, si présente chez certains membres de cette communauté Sawa, et qui s 'est exprimée au grand jour lors de la destruction du monument de Um Nyobe, ne facilite pas les choses. Une haine si forte, incontrôlable, pathologique qu' elle s attaque même aux  Bassa morts- UM NYOBE- en toute impunité ; mais laissent les chefferies dites allogènes s installer sur son territoire. Alors certains parlent d un hypothétique unité Bassa-Sawa dont l objectif principal serait justement de faire  la guerre contre ces mêmes « allogènes » pourtant mieux tolérés avec leurs chefferies qu'un Bassa mort;comprenne qui pourra. Une unité dont les Bassa ne sont point demandeurs

Au temps de Dihep di Nkam avec à sa tête l emblématique président Masoua II Bernard , les Bassa du Nkam surtout les supporters de ce club de Football, dans leur fierté ne rataient pas une occasion pour rappeler leurs origines Bassa et non Sawa .Et les de nos jours ceux que l on croyait éteints, les Bassa du Wouri sont les plus Bassa des Bassa :Le président de Mbog Liaa France est un Bassa de la province céleste de Ngombolo, Monsieur  Alexandre Songue  Dipoko  "Sonjal" pour  les  amis. Le Chef supérieur du canton Bassa du Wouri, Sa Majesté Gaston Mbody a rappelé que sa collectivité est surtout et avant tout Bassa.

Qui a cru qu il pouvait abattre la colonne du Pharaon et éteindre la flamme du Sinaï? D'autres lignages portant cette flamme ne tarderont pas à se manifester. Ce qui ne facilitera pas le futur découpage de l état  soit disant fédéral

A suivre

I kété li Nyang

Francis

 

  1. Dika Akwa in monographie sur la nationalité Basa 1980-no pagination

  2. Voir article Convergences cotières : Les Bassa sont ils des Sawa ?