Identités et Fédéralisme: Communautés historiques et découpage-Part II

     Au lendemain des indépendances, les Etats africains s'étaient fixés deux objectifs majeurs :

    -La fusion des différentes nationalités présentes sous la même bannière en oubliant  leur Histoire

     -De pulser et de porter le développement économique

 

   Fusionner les nationalités en oubliant leur passé ce qui reviendrait pour le cameroun à dire à un certain Abessolo de Djoum que son avenir se fera désormais avec un certain Garba de Mokolo situé à 1200 km , et non avec le cousin qui se nomme Abessolo aussi mais se trouve au Gabon à 5 km. On ne peut pas effacer l Histoire des peuples et même leurs affinités et certainement pas dans la corruption et le népotisme comme valeurs d un état qui se veut républicain.

Comme expliquer que l Etat du Cameroun qui devrait constituer le consensus national, l objet de notre rassemblement, est plutôt ce qui nous divise Il nous divise par l a corruption dans :

Les marchés publics

La dotation en équipements publics dans les territoires

Les admissions dans la fonction publique.

 

Afin d éviter les tensions de plus en plus présentes et d' assainir les finances et la gouvernance on parle de la régionalisation ou du Fédéralisme , mais en s abstenant de dire sur quelle base sur fera le découpage des régions, Etats fédérés ou Etats libres associés

Il est inutile de rappeler que le Cameroun est un état multi-ethnique, les états multi-ethniques mal gérés accusent souvent un retard dans le développement. Un découpage des régions sans tenir compte des affinités , mais uniquement sur la base des régions existantes, c est à dire des régions multi-ethniques, reviendrait tout simplement à transposer à un niveau inférieur les problèmes de tribalisme et de nepotisme qui existent au niveau national . Comme il y a dix régions multi-ethniques , il faudrait multiplier les problèmes actuels par dix. on comprendra dans quelle situation le cameroun pourra se retrouver.

 

 

 

Le découpage des régions doit être sur la Base des communautés historiques. C est difficile pour le cameroun où dans certaines régions les ethnies sont imbriquées les unes par rapport aux autres, il faudra pourtant accepter qu il ait des enclaves Basaa chez les Beti et les enclaves Mboo chez les Bamiléjké etc...Ignorer les communautés et leurs affinités aurait le même effet que la politique de Staline

Staline a ignoré que le Haut karabagh était peuplé  des arméniens et par conséquent devrait être géré par l Arménie. Il l a attribué à l' Azerbaidjan , république dans laquelle le haut karabagh forme une enclave. Ce mépris des communautés a entraîne l'interminable guerre entre les arméniens du Haut karabagh et les azerris . Les premiers réclamant avec raison leur rattachement à l Arménie leur nation mère.

 

 

 

 

 

L' Afrique n a jamais connu d empire ou de royaume mono-ethnique, mais la formation de ces Etats pré-coloniaux a créé des affinités ou des inimitiés entre certains peuples dont il faut tenir compte dans tout découpage administratif.

Après la conférence de Berlin , sans demander leurs avis, les puissances coloniales ont constitué les Etats sous le seul prisme de leurs intérêts. Des nations autrefois très antagonistes se sont retrouvées sous les mêmes bannières, forcées à partager un même destin. Le découpage qui se prépare au cameroun devrait se faire avec trois questions fondamentales

1°Demander aux différentes communautés celles qui veulent continuer à vivre avec la citoyenneté de cette création purement coloniale qu est le Cameroun ? Si la réponse est non, alors on leur accorde leur indépendance et elles continuent leur trajectoires cosmiques. Il est préférable de vivre dans un pays réduit mais calme et stable.

Si la communauté désire continuer l aventure coloniale kamerunaise, la deuxième question pourrait être:Dans quel système voulez vous continuer ? Fédéralisme , régionalisme ou centralisme ?

Si la réponse tend vers le fédéralisme alors on demande à la communauté avec quelles autres communautés pourrais tu (accepterais tu de vivre(1) dans un même état fédéré (région-état ou district autonome) ? Si la communauté désire rester dans le centralisme , elle formera un district en administration directe.

Sans cette préalable concertation, les régions décidées et découpées arbitrairement par les gouvernants se transformeront rapidement en de véritables poudrières et l implosion du Cameroun sera acquise. Comment faire vivre dans une même région

Les Bamiléké et les Bamoun  à lOuest?

Les Beti et Bassa  dans le centre et le Sud?

Les Bassa et les Sawa dans le Littoral ?

Les Gbaya les peuls, les Mboum et les Dii dans l' Adamaoua  , ?

Les Mafa et les peuls dans l extreme Nord ?

Les Mbo -Dschang (Santchou= San nzock= père éléphant)

Il faut toujours avoir à l'esprit que le Cameroun n a pas créé les nationalités qu'il abrite, mais ce sont ces nationalités qui ont créé le Cameroun, malgré elles  Et pendant des millénaires avant même la conférence de Berlin, ces nationalités se géraient d'elles mêmes et sans aucune assistance.

 

A suivre

I kété li nyang

Francis