Identités et Fédéralisme : Déclaration des Bassa du 26 Juin 2019-Part III

      Saluée comme un acte historique par toute la classe politique et la société civile , la déclaration du 26 juin faite par les élites intellectuelles Bassa Mpoo et Bati remet la société civile au centre des initiatives politiques. Quel sera le statut d une région Bassa : Region-Etat ?Region autonome ? Etat fédéré ou Etat libre  associé? .Et quelles seront ses frontières réelles ?

    Au lendemain des indépendances on aurait pu fusionner les ethnies camerounaises par une langue officielle, et autres outils, mais on a plutôt officialisé le tribalisme avec les concepts tels l' équilibre régional ou la notion d allogénie et d autochtonie. Maintenant les tribus sont devenues de véritables nation dont certaines comptent 7 ou 8 millions de personnes et qui se vouent les haines mortelles avec des appels au génocide

      La période qui s'ouvre au Cameroun n est pas une ère de douceur ni de tendresse. On rentre dans du dur. Et il faudra avoir un couteau entre les dents pour assurer la survie de sa communauté. Le découpage du Cameroun en état fédéral qui se prépare ne satisfera peut être pas toutes les communautés. Et si le découpage est mal fait certaines communautés disparaîtront à tout jamais.

    Depuis la guerre de libération du Cameroun, les Bassa sont éparpillés sur 4 provinces où ils sont minoritaires et donc soumis aux diktats des autres , pour combien de temps encore?.

   La déclaration des intellectuels Bassa parle de la grande sanaga maritime donc ignore les départements du  Wouri , Ocean ,  Nkam, Fako  etc... n y a t il pas des Bassa dans ce départements ?

De plus quelle est l attitude des Mpoo Bakoko(1) par rapport à ce projet ? Il faut se rappeler que depuis la création de l ACTEM, et son organe annexe ESOCAM , les Mpoo Bakoko ne partagent plus les mêmes idéaux politiques avec des Basa. Il conviendrait de faire un projet en tenant compte de leur engagement très fluctuant donc imprévisible.

 

   Sans un découpage efficace c'est à dire respectueux des affinités culturelles , des communautés par dizaines rentreront en rébellion dans le souci de se regrouper , elles proclameront leurs indépendances ; et nous auront des centaines de Somaliland ou d Abkhazie sur toute l étendue du territoire. C est à dire les communautés qui proclament leurs indépendances, ne sont pas reconnues par les organismes internationaux, mais le pouvoir central ne parvient plus à les administrer.

    Cette série de trois articles sur le fédéralisme et les identités ne constituent aucunement un cours magistral de sciences politiques , du droit administratif ou constitutionnel et encore moins une solution clés en mains ; mais une tribune libre d un citoyen soucieux de l avenir de son pays en état de désintégration très avancée. Espérant que le fédéralisme pourra encore le sauver. Mais avec beaucoup de doutes quand même.

I kété li nyang

Francis

 

 

(1) Ne pas confondre avec les Mpoo Bassa qui sont : Ndog Bisso'o, Yabii et Badjob

 

 

 

 

 

You have no rights to post comments