CULTURE HISTOIRE ET POLITIQUE-II:Valeurs africaines et autochtonie

Dans son ouvrage L 'etat pré-colonial en Afrique,un ouvrage traitant des thématiques relatives au fonctionnement des Etats pré-coloniaux, Son Altesse Eminentissime Mbombog Mbog Bassong affirme :

« La volonté des traditions africaines de conjurer le désordre, de maintenir l Harmonie et l Ordre social traduit bien la part de l argumentaire et de la délibération dans la recherche du consensus.. »

Les royaumes et empires pré-coloniaux africains avant de s'éteindre ont laissé derrière eux un certain nombre de valeurs et de principes qui leur avaient permis d' exister pour certains pendant plus d un demi millénaire. En méprisant ces valeurs africaines et en adoptant d'autres valeurs c est à dire en recopiant de facon pavlovienne les constitutions faites par d autres civilisations et pour d autres civilisations, on a imposé aux africains une instabilité chronique au niveau de leurs états post coloniaux

 

 

 

Quelques valeurs africaines

Dans son article  « les Valeurs permanentes de la civilisation africaine » qui fit une véritable explosion , le célèbre Ecrivain Jean Ikéllé Matiba énonce quelques unes de ces valeurs qui caractérisent la civilisation africaine

Une civilisation communauataire et non collectiviste

la société africaine n était pas un assemblage d'individus décidés par un organisme, mais des familles unies et structurées par les coopérations, ces dernières étant symbolisées par les mutuelles villageoises qui étaient soutenues par un profond sentiment religieux qui donnait une seule âme à toute la communauté

Une civilisation intégrée

Une civilisation où l homme est intégré dans la nature et le cosmos. Où l homme est le dernier des prédateurs mais en même temps le gardien des autres créatures, et par son action les cycles de production, reproductions, dé-générations, regénérations sont maintenues.

Une Civilisation à participation totale

Chaque membre et chaque famille de chaque communauté hérite des charges et des devoirs(politique, militaires, économiques) qu' il doit accomplir.

En cette période où le Cameroun traverse une zone de fortes turberlences, comment peut on organiser la vie politique et la conjuguer à l' avantage que confère l autochtonie ?

A ces valeurs énoncées par Jean Ikéllé Matiba, il y d'autres valeurs

la mutuelle assimilation:

Comment les Africains s assimilaient ils entre eux ? Les Basaa ont une expression pour désigner ce concept« yila me me yila we » ce qui signifie littéralement « deviens comme je suis moi et moi je deviens comme tu es ». La doctrine africaine prône donc la fusion et non l extinction d un peuple au profit d' un autre

Un grand Savant africain Anta Diop a dit « l humanité ne se construit pas par l effacement des uns au profit des autres ».

Et comment traiter les « étrangers » au sein de leurs communautés

car il faut bien distinguer les rapport entre les communautés et le statut des « étrangers » dans les communautés

Politique d accueil et d'intégration de « l'étranger »

Lolo est le terme par lequel les Bassa désignent les immigrés Dans la société pré-coloniale.un immigré devenait un autochtone au bout de 3 générations .Devenu autochtone il pouvait donc participer à la gestion des affaires politiques. Le délai de trois générations pouvait se raccourcir par deux actions.

Le mariage avec un autochtone qui conférait au enfants issus du couple une autochtonie pleine et immédiate et le conjoint devenait aussi autochtone. ses les enfants

Un investissement important dans le vie sociale et économique de la communauté accordait aussi la citoyennété pleine au lolo sans attendre le délai commun de trois générations

Ces deux dernières valeurs dans la situation du cameroun requièrent une réciprocité, qui malheureusement n existe pas.D autres sociétés au Cameroun et même ailleurs en Afrique possèdent les valeurs qui pourraient stabiliser la vie politique dans nos pays africains.

Le climat politique actuel impose donc à ces six pôles stabilisateurs une rôle historique. C est à dire:

                          De la retenue dans leurs actions

                          De l écoute envers les minorités.

Ces communautes sont capables d'orienter les débats vers la recherche du consensus et non dans le sens des affrontements ou batailles.

A certaines élections, elles pourraient se désister afin de favoriser l élection des minorités, assurant ainsi la présence et la visibilité politique de ces dernières, donc la volonté de survivre est légitime Cette attitude loin de les rabaisser seraient la marque d'une profonde conscience citoyenne. Elles pourraient canaliser leurs énergies dans le domaine économique où certains groupes stabilisateurs sont déjà présents.

Mais à ces minorités qui pensent que l'autochtonie se décrète à Yaoundé , il est urgent de sortir de cette analyse. Car cette situation n'est plus efficace ni pour ces minorités ni pour le pouvoir central Le Pouvoir central n est plus capable de garantir le privilège d autochtonie politique très souvent différente de l'autochtonie réelle et historique. L « équilibre de la terreur » qui s'installe progressivement entre l Etat central et les six communautés ne plaide pas pour cette attitude Et en cas de confrontation avec l une des communautés citées ci dessus, c est à dire tout le Cameroun rassemblé contre une seule de ces communautés, rien ne nous dit que le Cameroun sortira vainqueur et que sa survie sera assurée. Ce n'est pas par des lois d'un parlement aux ordres soucieux de favoriser certains groupesethniques, que nous pourront surmonter les difficultés mais par nos valeurs africaines.

Examinons la carte du cameroun ci dessous, souhaitons nous étendre les zones de conflits ?

 

 

 

Une carte sur la sécurité au cameroun à l'attention des voyageurs et des investisseurs.Il n y a aucune région sûre.

Chacun aura son mot à dire sur la validité de cette carte. :

Les uns indexeront les occidentaux sur leurs penchants à aggraver dans les médias toutes les crises en Afrique. (afrobashing). Ou que la France souhaitant rester seule au Cameroun lance des fausses informations afin de dissuader d'autres pays et investisseurs limimitant ainsi la concurrence

D autres rétorqueront que la France qui a des investissements en Cote d Ivoire et au Cameroun n aime pas présenter ces deux pays négativement par conséquent la carte ne revèle pas toute la vérité sur l insécurité dans ce pays.

La vérité étant entre les deux ou ailleurs

 

Valeurs africaines et autochtonie

En dehors de la localisation géographique,qui au cameroun fonde le concept de l autochtonie, beaucoup d autres paramètres peuvent rentrer en jeu comme

Les affinités culturelles

L Histoire les rapports anciens ou récents en diverses communautés

Par exemple la ville d' Obala ou le département du Mungo, montrent les limites de la conception géographique de lautochtonie

              A Obala dans les années 1960-1990, peut être même jusqu' à ce jour, un Bassa maire de cette ville n' aurait heurté aucun de nos frères et sœurs Eton qui le repétaient avec ces           souvenirs des vieux rapports fraternels «Obala la ville des Bassa ». Pourtant les Bassa ne sont pas les autochtones de cette ville .On pourra évoquer la présence du clan Essélé.dans la ville. On voit donc apparaître ces affinités liées à l Histoire ancienne que la géographie et l Histoire récente n ' ont pas effacée

Les Esselé sont les Bassa devenus Eton comme les Kosing sont les Eton devenus Bassa

De même ,dans le Mungo, la présence des Maires originaires de la région Bamiléké ne crée aucun problème, alors qu' un Bassa Maire dans une de ces localités (Penja ou Loum ou Mbanga etc...) provoquerait une émeute. Pourtant les Bassa sont les autochtones du littoral. C est loin et Grand le littoral dira t-on et l' Ouest alors ? ...Ce qui démontre qu il y a des affinités qui se sont créées entre les ressortissants du Mungo et les Bamiléké. En dehors de la géographie

 

Tout ceci c'est pour dire que le Gouvernement central pourra garantir :

le statut d' Electeurs à tous les citoyens sur tout le territoire

le mode et la date de scrutin

Mais laissera aux collectivités autochtones le droit de décider qui est élligible et pour quels types d'élections(législatives, municipales etc...) Cette autonomie politique ne sera efficace que dans le cadre d'un fédéralisme communautaire.

A suivre

I kété li nyang

Francis

(1)Il faut apprécier les guillemets.

 

You have no rights to post comments