PEUPLES, ROYAUMES, TRADITIONS ET CARTOGRAPHIE:La côte du Cameroun entre les XVè-XIXè siècles-2ème partie

  ... L' énigme Biafra n est pas la seule équation qui retient l attention des Chercheurs, la chronologie de peuplement et les relations entre plusieurs peuples

 

                           ...Camarones...Bascha...Biafra...Kalbongos.... ?

Qu'est ce qui pourrait justifier les distorsions entre les cartographie, les relations des navigateurs ?Est ce le faible niveau d instructions des marins de cette époque, les erreurs de prononciation et de transcription?Pourrait on facilement faire les rapprochements entre Bascha et Bassa, Kalbongos et  Kambongo,  ou rivière des chevrettes et rivière des crevettes ? le tableau n est pas aussi simple qu'il pourrait laisser croire..

La « découverte » de l Amérique, la mise en valeur de cette région du monde, ont entraîné l établissement des comptoirs sur la côte africaine. Portugaise au début, la côte du Camerones passe sous contrôle hollandais dès le début du XVIIè siècle. Tous ont laissé des rapports et des cartes qui ont servi de base aux travaux de recherches concernant les peupledecettecôte

Carte 4: Détail de Bellin Jacques Nicolas, Carte Du Golfe de Guinee Et les Costes comprises entre le Cap Formosa et le Cap de Lopes Consalvo, 1754

Olfert DAPPER dans son ouvrage « Description de l'Afrique » fournit les détails suivants :

 

 

  • Pour le Pr Ardener,Calbongo ou Kalbongo ne serait pas une déformation de l ancêtre Kambongo des côtiers, mais l analyse devrait nous orienter vers une déformation de calborch la dénomination hollandaise de Calabar.(région du delta du niger au nigéria actuel)

« ...The calbongos are non–bantu. As Caaboo they still occupy the cameroon mountain c.1500(Pacheco), but by Dapper time C;1660, they have being pressed back by the ambo who are bantu the calbongos by this view are vaguely felt to be Efik or Ekoi speaking... »(9)

Pacheco duarte parreira explorateur portugais du XV -XVI è siècles a longuement approché les cote camerounaises au point d identifier l ile de bota en face de Limbe (anc victoria)

  • Le Pr Dika Akwa n hésite pas à faire un rapprochement entre le Kambongo des Ngala et le Calbongo des navigateurs 

    Néanmoins les Hollandais ont prit le soin de recueillir un échantillon lexical sur le rio del camerones et le rio del rey. En ce qui concerne le rio del camerones on a le LEERS vocabulary (explorateurs hollandais),Mo(un) Ba(deux) mellela(trois), biney(quatre) matan(cinq), kende (partir) nanga(dormir), mareba(eau), juuba(voler) etc.... il s agirait à priori d une langue Kambongo

  •  En analysant les rapports des explorateurs,l' échantillon lexical, et les généalogies le Pr Ardener de l'Institue of Africa studies London affirme : 

«... There are however , the following points:We are by the 1660 at the head of several genealogies of cameroons coast.As we shall see, Moneba is probably the Mulobe of Duala, who is genealogically placed as the son of the eponymous Ewal'a Mbedi of the Duala.... »10

     Il subsiste toutefois un problème quant à la localisation des groupes et royaumes sur la carte comme dans les récits. Pourquoi les Explorateurs mentionnent Kalbongo aux pieds d une chaine de montagnes?(Géographie universelle)

MALTE BRUN dans le Précis de géographie universelle TomeV nous donne ces informations :