La Dépigmentation en Afrique-Suite et Fin

                   ...Rites et Significations

Les circonstances de la vie , des situations particulières entraînent une adaptation adéquate;Le caméléon change de couleur en fonction de son entourage, opérant ainsi un camouflage qui tromperait plus d'un prédateur ou une proie. Les jeunes filles se parent de bijoux pour attirer le regard des hommes. Les apparences participent donc par besoin ou par nécessite au rites sociaux :stratégie militaire, Stratégie de séduction on parle de

Beauté,protection contre les agressions naturelles comme les moustique ou alors surnaturelles pour la sorcellerie. Depuis la nuit des temps la civilisation africaine entretient beaucoup de rites qui socialise et identifie l individu, il agit des scarifications , des tatouages des peintures corporelles ou des mutilations. Ces rites, les uns comme les autres participent à la cohésion du groupe. Dans la mesure où elle permettent par des signes distinctifs d isoler les guerriers des enfants, des femmes des mûres des filles pré-pubère etc...

Ce changement d apparence se faisait dans un monde hors de toute influence étrangère. De nos jours ,le phénomènes de dépigmentation qui s est répandu en Afrique méritent autres explications que celles qui sont constamment exposées

                                                                                     

            Les tatouages et scarifications étaient très discrètes chez les Bassa. Ils était le plus souvent portent sur le front ou la joue avec un prédominance des figures telles la croix, les point en triangle ou en rectangle. Mais dans certains cas, pour des raisons médicales ou mystiques elles pouvaient prendre les formes assez imposantes :Djehel

                                                       ...Dépigmentation:Rite moderne ?

         Qualifiés de rites primitifs et barbares, les africains ont progressivement délaissé tous les rites de transformisme qui prévalaient dans leur société. Mais de manière superficielle les peinture corporelles qui permettait de changer la couleur de sa peau ont été remplacé par les produits chimiques.

Comme il a été signalé, les africains ont toujours su jouer avec leur apparences. Les peintures corporelles, les scarifications que nous avons mentionnés plus haut en sont un témoignage. Et on ne sautait attribuer ce processus à un pseudo complexe d infériorité qui les pousserait à s éclaircir la peau.La jeune fille Bassa ou Beti aimait il y a si longtemps, dessiner les motifs sur leur peau avec la sève de la mangue ; ce qui provoquait une hyper-pigmentation;cette hyperpigmentation étant associée à la beauté. Existe t il une autre groupe humain qui soit plus pigmenté que les africains  et auquel elle voudrait ressembler?