Convergences côtières: Confédération Sawa XVIIè-XIXè siècles

      Le Littoral du Cameroun ,selon les traditions orales a été peuplé par vagues successives. Mais quatre composantes constituent son socle démographique historique à savoir les Basa, les Bakoko, Les Mbongo et les Ngoh-Songo Nous allons examiner comment une géniale innovation sur le plan politique, a réussi à maintenir une brillante cohabitation entre les différents composante et  durant les siècles

 

                                       …Historique... Frontières

        Le voisinage, les contraintes de survie, la recherche permanente de l harmonie, et le sens du consensus, la position géographique,ont amené ces différents peuples à etablir avec une grande intelligence, les structures de gestion qui surprennent toujours  les historiens et les ethnologues

            Les conférences tenues sous les Baobabs de Log Besu, Sodiko, les bancs de sable du fleuve Wouri et même parfois sur les pentes du mont Manengouba. Permettaient aux délégués des différents peuples de défendre les intérêts.Cette intense activité politique, était corrélée à une immense activité diplomatique dont l unique but était de créer une structure pan ethnique susceptible de coordonner les activités communes.Quelle était la nature et le statut de cette structure supra-ethnique ? .

                                    Architecture de la confédération

       Veritable embryon de ce qui alllait devenir plus tard le Cameroun. Ainsi cette confédération a la structure d une Tétrarchie , avec 4 tétrarques, et trente six confréries. Nous limiterons notre étude sur les quatre confréries principales,qui constituent les quatre piliers de la tétrarchie.Une tétrarchie où quatre tétraque éléves au rang de Rex sacrorum assuraient la permanence et la vitalité de la confédération

 

Nyamsi :Puissance de la terreRex Terrae,Tétrarque Bassa ou des forestiers et des septentrionaux, premiers occupants de la terre,incarnait la puissance de la Terre puissance de la terre .il était issu de la famille Ndog Hem(1), et le siège du pouvoir se tenait à l endroit où se trouve l actuel stade omnisports de Douala. En organisant son sacre à Ngog Nyuma,Les Ndog Hem de Ngambe et les Basso ba likol apportaient la légimité politique et financière à ce tétrarque.La confrérie Ngambi Disè dont l origine remonte chez les Banen, fournissait les fonctionnaires au Nyamsi. Ces fonctionnaires étant majoritairement recrutés chez les ndog Hem de Yabassi.

Le Ngambi disè est une confrérie dont les symboles sont le lion et le pangolin, c'est un apport majeur de la composante Banen dans le Mbog Bassa. Dans cette confrérie , on cultive le courage du Lion et la prudence du Pangolin.Elle est aussi connue comme art divinatoire .Ceci démontre s il en était besoin que les Banen sont bien des Sawa au sens politique du terme. Et que le faux débat institué depuis un temps entre les Efombo et les Baré, n a pas lieu d être.C est l ensemble de cette composante qui appartenait à la structure.Le dernier grand maître de cet ordre initiatique et symbolique est sans conteste  le puissant Prince guerrier Maniben Tombi.

 

Ligongolimbe :Rex Aeris, Tétrarque Bakoko,ou Puissance de l AIR, ligongolimbé était issu de la famille Adie, les Ndogbissol et les Yabi et Yakalak apportant la sanction religieuse qui légitime le pouvoir de ce tetrarque.La confrérie Ngé (?) servait de socle pour le fonctionnement de son administration.Le lieu sacré étant Sepe sur le cataracte de la Sanaga à Edea .Il y a lieu ici de se poser un certain nombre de questions,comment le ngué pouvait il assurer le sacre dans l eau ? -Ou est la confrérie Bisima (me a)) et Besima (mombe)?-Et pour l élément Air en plus  ? Les Bapepe que l'on présente souvent comme l équivalent des Mbombog dans la région ne seraient ils pas l'aristocratie qui entourait ligongolimbé?.Rappelons que pepe en Bassa ou en Bakoko c'est le vent ,l air.Mais Were Were liking et Manuna ma Njok(2) nous apportent un début de réponse dans  leur pièce Orphee d Afrique- Théâtre rituel

 « Je suis la justice Ngué,

j unis l'eau à la terre,

j attire l air et le feu

et je ramène à l Unité

la voix de l âme réveille celui qui dort. »(3)

 

Digongodiba : Tétrarque , Ewale stricto sensu, de la famille Akwa, résidant à l hopital Laquintinie, était le Rex Aquae, tétrarque des orientaux et de la mer.La confrérie Ekongolo fournissant le corps des fonctionnaires.Les familles Donga et Njeballe étaient chargés d apporter , par les rites sacrés, la dimension religieuse qui devrait légitimiter le pouvoir du tétrarque.On constate que pour la composante Bambongo, le roi Mukwanedi cumulait les fonctions de Digongodiba, mais pour une fois, l omniprésente institution Jengu a bien voulu s effacer pour laisser la place à la confrérie Ekongolo.

 

Manjonjomanjo : Tétrarque des Tukuru (miniè), Résidant sur la montagne Koupé, de la confrérie Nkwang, famille Bafoum, rex ignis, maître du Feu, Eleveur.La famille Bakossi par le truchement de la vénérable confrérie Ahon et la famille Bakaka apportaient l onction religieuse

                               ...Confédération ou Union douanière ?

   Cette Entité politique a été créée Vraisemblablement vers la fin du XVIIè siècle Cette période correspond à une grande réorganisation politique dans la région. Mais une question reste en suspens : s agissait il une d une confédération, d une fédération ou d une union douanière et économique ? Aucun élément ne permet de trancher définitivement  sur cette question. Mais beaucoup estiment qu il s agissait d une confédération. Bien que l'institution qui assurait la coordination de cet ensemble reste méconnue.  sagissait il de  « l' assemblées des grandes personnalités du Sud »?

I kété li nyang

Francis

(1)cette cérémonie imposait au Nyamsi de payer un tribut au Ndog Hem de La province céleste de Babimbi.Cette fructueuse collaboration a été maintenue même lorsque le puissant chef supérieur IKONG IYAP règnait sous la colonisation allemande.Mais cette coopération est bien antérieur à son règne.La confusion alimente beaucoup de thèses entre les Ndog Hem des provinces célestes de Ngombolo et Babimbi

(2)Nom initiatique de MJ Hourantier

(3)Ce n'est pas uniquement le Ngué qui réalise cette unité , la quasi totalité les ordres initiatiques Bassa le font.

Bibliographie

Monographie sur la nationalité Bassa

Les Bassa du Cameroun cahier d outre mers-LM POUKA 1950-N° 10

Orphée dAfrique -Were Were liking et Manuna ma Njok-Harmattan collection encres noires

Rapport du gouvernement francais sur le Cameroun à La société des Nations

Sources orales

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir