Rivalités et Tensions autour d un lieu saint: Ngog lituba-1ère partie

L' évangélisation du Cameroun comme dans tous les pays repose sur les symboles et très souvent les conflits apparaissent avec les spiritualités pré-existantes. nous verrons le cas emblématique du lieu saint de Lituba

 

                                                 …Historique

Dès leur installation dans le Sud cameroun au XVè siècle, les bassa qui y trouvèrentles Bati, firent de Ngog lituba le symbole de leur autochtonie mais aussi leur capitale politique et spirituelle.

La spiritualité des Bassa qui était un monothéisme dont le Dieu suprême était Nyambé ou Elolombi avait comme nous pourrons le démontrer par ailleurs, quelques similitudes avec le nouveau monothéisme, le Christianisme. Mais ces ressemblances n ont pas dissipé les tensions qui peuvent naitre entre une religion endogène et une spiritualité nouvelle .

 

Comme il a été signalé ci-haut , Lituba,était la capitalespirituelle du peuple.suivant une périodicité liée aux manifestations cosmo-politique, se tenaient les grandes messes. Pem-Njee le grand souverain des Bassa, ordonnateur et coordinateur du peuple, tenait ses liturgies .Le site dans la liturgie Nyambéiste Bassa incarnait l unicité et la puissance de Dieu. il est l endroit où le peuple lia une alliance avec Elolombi, une allaince de liberté et de justice - vérité. Chaque adepte et fidèle donc chaque Bassa, devrait y effectuer son pélérinage au cours de sa vie. Un impératif qui faisait partie d'un ensemble de charges propre à la religion nyambéisme-Elolombisme

Au milieu de la savane ,NGOG LITUBA grand centre spirituel.

 L introduction d une religion se fait souvent par l adoption des symboles. En ce qui concerne le christianisme cette introduction se manifeste toujours par la récupération des anciens symboles des antiques religions. Afin de convertir totalement les provinces de la Gaulle et les régions  saxonnes au christianisme , les Evangélistes n ont pas hésité à transformer les sanctuaires druides et gréco-romains en cathédrale. Cette stratégie, dont la redoutable efficacité a amplement fait ses preuves, avait deux objectifs

-Interrompre l ancien culte

-Récupérer la piété et le zèle des fidèles

        C 'est ainsi qu au Cameroun, Ngog lituba lieu hautement symbolique pour les fidèles de l'ancien monothéisme-Elolombisme Nyambéisme- fut erigé en centre pèlerinage marial reconnu par le Vatican. Mgr Thomas Mongo , fidèle serviteur du Christ , en a reçu la charge , mais surtout la grâce  d accomplir cette noble mission pleine d espérance. Stéphane Previtali témoin oculaire de l événement rapporte :

«L'Abbé Mongo qui s était enfui dans la brousse pendant trois jours quand sa hiérarchie le cherchait pour en faire un Evêque, veut , aujourd'hui Evêque , se racheter en consacrant à la religion catholique un lieu vénéré par bon nombre de siens: Ngog Lituba, le berceau de ses ancêtres qu une croix neuve de 6 mètres de haut signale maintenant au monde chrétien. sous le sommet de la roche , et accessible à tous, s ouvre la faille que garde une sainte vierge depuis longtemps debout sur son socle.

Cette Sainte vierge qui «  s ' occupe » de l entrée du lieu qui a donné naissance à la « première » famille bantou, n est pas arrivée là par l opération du Saint Esprit. J entends bien les cris et les grincements de dents qui ont émaillé d âpres discussions entre les bonnes sœurs de la mission log bikoy et du dispensaire. Je les vois tarabuster le frère Materne, grand constructeur de cathédrales, pour qu il accepte de placer la bonne vierge là où elle est, pensant que les descendants de Hilolomb, l ancêtre, n oseront pas lui passer dessus sinon dans la foi catholique et romaine, et finiront par admettre que  « Nyambé », leur Dieu disparaisse !   

 Mgr  Thomas MONGO, sacré Evêque en 1956, installa la croix chrétienne sur Ngog Lituba

La canonisation de ce lieu par Mgr Thomas Mongo se voulait il un simple rachat pour avoir pris trois jours de recueillement avant d accepter la charge que l Eglise chrétienne voulait lui conférer ? L explication même si elle paraît satisfaisante n en est pas moins partielle

En installant la croix sur cette montagne sacrée des peuples Bassa , Bishop Thomas Mongo a t il  voulu démontrer

-L ancrage irréversible du peupleBassa dans le Christianisme?

-Une consolidation des valeurs d Amour, paix, de tolérance et d Amour.?