MBOG BASSA: ASTRONOMIE

      Maîtriser le monde végétal, animal ou minéral qui les entoure, tel semble être la grand défi dans la culture des Bassa .Mais ces derniers ont aussi manifesté un intérêt particulier à tout ce qui se trouve au dessus; dans le ciel. Cet intérêt était motivé soit par une curiosité scientifique c'est à dire une soif des connaissances, soit pour décoder les signes envoyés par Nyambé-Elolombi. Nous allons exposer quelques connaissances acquises par les Basaa dans le domaine de l Astronomie.

 

     

                                                             … Méthodes et Techniques d observations...

La voûte céleste a toujours passionné les civilisations et toutes les civilisations, mais jusqu'à une époque récente, sans télescope, la majeure partie des observations se faisait à l œil nu. La période mentionnée au niveau du titre de l article ne nous paraît pas significative, dans la mesure où il ne nous est pas possible d attester si ces découvertes datent de cette période(XV-XIXè siecles), ou alors ce sont les connaissances acquises par les SAA au cours de leurs longues et antiques migrations.

Néanmoins, les Basaa, ont mis au point des procédés et techniques si sophistiqués et si élaborés que, le formalisme mathématique actuel (avec ses opérateurs tels l'Hamiltonien, le Laplacien, le Rotationnel... et leur corollaire qui sont les équations aux dérivées partielles.,différentielles...) ne saurait ni décrire ni modéliser rigoureusement les principes et le fonctionnement . Malheureusement nous ne pouvons nous étendre sur ces techniques  qui relèvent d'un domaine situé au delà du profane. Examinons les découvertes qui ont été faites quelque soit les méthodes utilisées.

  En suivant le principe de Nyonghen(Hiérarchie, classification), on avait dégagé une loi simple:Dans le ciel de la nuit tropicale il fallait distinguer deux types de corps

-Ba tjeba (ceux qui scintillent)-

-Ba baï(ceux qui brillent)

 

                                                               ...Constellations...

Elles constituent l'essentiel de ce que les Bassa appellent Batum Ba Ngii;c est à dire L Astronomie(astrologie). La Théologie elolombiste, ou légende des constellations nous enseigne que ces constellations sont aussi les divinités venues remettre de l ordre sur terre après l'inceste entre Kwan(frèrejumeau de Koba) fils ainé de Elolombi et sa mère ISIS (la terre).Ces divinités  sont au nombre de 401 .Mais les aspects théologiques débordent largement du cadre de notre étude, qui se limite aux considérations purement mathématiques (Numériques et géométriques).

Les Basaa en ont déterminé quelques constellations majeures :Koba um ; Njek um ; Kul um ; Nguena um ; Ngambi um,Njangumba um,Lindum li um,Dingonda di um,Mbam um;Koo um ; ,Mbog um, Um-um,Ngué um et Dibat Ngat, ....

Les constellations ont souvent des dénominations différentes en fonction des civilisations. Ceci provient du fait que les peuples ne privilégient pas les mêmes étoiles, ne possèdent ni les mêmes divinités , ni les mêmes légendes par rapport à ces constellations.Nous verrons ces différences entre le travail des Astronomes Bassa et celui des astronomes européens

Les traits bleus représentent les figures obtenues par les Astronomes Bassa

 

  • KOBA UM : Constellation du Dindon (ou de la Dinde),Second fils de ELOLOMBI correspond à la constellation du LION dans l Astronomie occidentale

     

 

 A Koba UM me yéga a

 

  • KOO UM : Epouse de Dibat Ngat,Constellation de l Escargot chez les Basaa , correspond au Capricorne des Occidentaux.

     

     

     

     A koo  UM me yéga a

     

    • DIBAT NGAT UM :Epoux de KOO ; Men me yé dibat ngat batum ba nguii le meConstellation du Verseau.A Dibat Ngat me yéga a

    • LINDUM LI UM : Constellation de l Epee, encore appelé Ngwendet Um par sa forme. Mais une règle simple , édictée par les astronomes Bassa, consiste à rapporter les constellations au monde animal quand la forme s en rapproche., LINDUM est aussi appelé Hyobi .Comme son nom l'indique, correspond à la constellation du Poisson austral.A lindum li Um me yéga a